-

Test du FBI

Posté par ploumz le mai 25, 2009 dans Blagues

Le FBI décide de sélectionner un agent féminin ( la plus performante si possible).
Apr√®s toute une s√©rie de s√©lections, d’entretiens et d’essais, il ne reste que trois candidates.
Pour le choix final, les agents mettent les femmes devant une porte métallique et leur remettent un pistolet.

Nous devons être surs que vous suivrez nos instructions, et ce, quelles que soient les circonstances.
Derrière cette porte, vous trouverez votre mari assis sur une chaise et vous devrez le tuer.

La première dit :
¬ę Vous n’√™tes pas s√©rieux ? Je ne pourrai jamais tuer mon mari. ¬Ľ
Alors, vous n’√™tes pas la femme faite pour ce travail.

On donne à la deuxième femme les mêmes instructions.
Elle prend l’arme et entre dans la salle.
Tout est calme pendant environ cinq minutes puis la femme revient, les larmes aux yeux

“J’ai essay√©, mais je ne peux pas tuer mon mari.”
“Vous non plus, vous n’√™tes pas faite pour le job.
Emmenez votre mari et rentrez chez vous. “

Enfin, c ‘est le tour de la troisi√®me.
On lui donne encore une fois les m√™mes consignes en lui indiquant qu’elle doit tuer son mari.
Elle prend le pistolet et entre dans la salle.
On entend des tirs, un coup, puis un deuxième puis un autre.
Puis, on entend des cris, des coups contre les murs, des meubles qui se brisent.
Apr√®s quelques minutes, tout redevient calme. La porte s’ouvre lentement et la femme sort.
Elle s’essuie la sueur du front et dit :
“C’est qui le connard qui a mis des balles √† blanc ? J’ai d√Ľ l’achever avec la chaise !!!!!

Mots-clés : , ,

 
-

La fabuleuse histoire de MOURICE BEN FENECH

Posté par ploumz le mai 11, 2009 dans Blagues

MOURICE BEN FENECH se ¬†pr√©sente, pour un emploi, de vendeur dans un Super Bazar o√Ļ l’on ¬†vend de tout.

Le patron lui demande ¬†s’il a de l’exp√©rience.

- Si ¬†j’ai de l’exp√©rience ?
Dans la vente ?
Aaiaiaiaiaille, ti me ¬†demande √ßa √† moi, Mourice Ben F’nech ?
J’suis le Roi de la ¬†vente, moi !
Mon cousin il avait une ¬†boutique, j’ai tout vendu.
Maintenant il est parti ¬†au souleil, tellement j’l'ai rendu riche… sir la t√™te de ma m√®re, ¬†y’a pas meilleur vendeur que moi. ‘

Le Patron, amus√© par la ¬†situation d√©cide d’essayer le jeune homme pour la ¬†journ√©e.

Le soir, il revient pour ¬†voir ce qu’il a bien pu vendre.
- ¬†Alors, combien de ventes as-tu fait aujourd’hui ¬†?

- Une ¬†seule, sur ma t√™te Patron , il est v’nu qu’un client ¬†’
- Ce ¬†n’est pas tr√®s brillant √ßa, et une vente de combien ? ¬†’
- ¬†Seulement 100..000 Euros, patron ‘
- Quoi ¬†? 100.000 ? Tout rond ? Mais…comment √ßa ¬†?

Et Mourice, il raconte  :
- Y a un type qu’est v’ni et j’li ¬†ai vendu un hame√ßon.
Pis, j’li propose la ¬†petite canne √† p√™che au lancer et une s√©rie de ¬†mouches.
Et comme j’li dit qu’il ¬†peut pas p√™cher sans √™tre bien √©quip√©, j’li vends aussi la grande ¬†canne avec la ligne et les bouchons et un ¬†moulinet.
Sir la t√™te de ma m√®re, ¬†t’en as jamais vi un comme ca ‘, que j’li ¬†dis.
Ti peux r’monter MobyDick ¬†avec √ßa ‘
Apr√®s, pour pas qu’il ait ¬†honte devant les autres p√™cheurs, j’li ai vendu l’√©quipement, les ¬†bottes, le cir√© et le bob.
Parce qu’avec sa canne ¬†toute neuve, s’il a pas l’√©quipement, y va passer pour un plouc, ¬†hein chef ?
Et les clients de Ben ¬†F’nech, ils peuvent avoir l’air con mais pas l’air ¬†plouc.
Pis, j’li demande o√Ļ il ¬†va aller p√™cher. I’mm dit ‘ sur la c√īte ‘.
Alors, j’li dis qu’il ¬†ferait bien d’acheter un bateau pour p√™cher au large, et j’li vends ¬†le hors-bord de 12 m√®tres avec les deux ¬†moteurs.
Et j’li demande comment y ¬†va emmener son bateau sur la c√īte. Y savait ¬†pas.
Alors, j’li ai vendu la ¬†nouvelle Mercedes et une remorque pour tracter le ¬†bateau.
Et pis on a fait les  comptes.
Ca faisait 101.124  Euros.
Alors j’li ¬†dis:
comme t’es un bon client, ¬†j’ti fais un prix: 100.000 tout rond, mai ti paies ¬†cash.
Il a dit ‘ j’passe √† la ¬†banque et j’arrive ‘ . Et 1/2 heure apr√®s, il est rev’nu avec ¬†l’argent et il a tout pris, patron.
Les sous sont l√† dans la ¬†caisse. ‘

Le Patron est scié,  complètement ahuri, assis par terre.
Il n’en croit pas ses ¬†oreilles, il regarde l’argent dans la caisse et dit ¬†:
- T’as ¬†vendu une Mercedes et le hors bord √† un gars qui venait pour acheter ¬†un hame√ßon ?

- ¬†Heu.bin non, pas vraiment, patron. L’client, y vnait pour ¬†ach’ter une bo√ģte de TAMPAX pour sa femme, alors j’li ai dit ¬†:
Puisque ton week-end il ¬†est foutu, pourquoi t’irais pas √† la p√™che…

Mots-clés : ,

 
-

Le cerveau feminin

Posté par ploumz le mai 11, 2009 dans Blagues

Dans un h√īpital se trouve un patient gravement malade. Sa famille se r√©unit dans la salle d’attente et, enfin, un m√©decin arrive, fatigu√© et triste :

“Je suis d√©sol√© d’√™tre porteur de mauvaises nouvelles”, dit-il en voyant l’expression d’inqui√©tude sur les visages : “Le seul espoir pour votre proche est une greffe de cerveau.”

“C’est une chose exp√©rimentale et risqu√©e, et √©conomiquement tout est √† votre charge.”

Les membres de la famille restent assis, en √©coutant ces bien tristes nouvelles. Puis, l’un d’eux demande : “Combien co√Ľte un cerveau ?”

“√áa d√©pend”, r√©pond le m√©decin. “5000 ¬†Euros ¬†un cerveau d’homme ; 200 Euros celui d’une femme”.

Un long moment de silence envahit la salle, et les hommes pr√©sents essaient de ne pas rire et √©vitent le regard des femmes, m√™mes si certains d’entre eux √©bauchent un sourire.

Finalement, un homme pouss√© par la curiosit√© demande : “Docteur, pourquoi cette diff√©rence de prix ?”

Le m√©decin, souriant devant une question pour lui si innocente r√©pond : “Les cerveaux f√©minins co√Ľtent moins chers car ce sont les seuls √† avoir servi, les autres sont comme neufs.”

Mots-clés : ,

 
-

La copie de la copie

Posté par ploumz le avr 21, 2009 dans Blagues, Web

Un jeune novice arrive au monastère.

La t√Ęche qui lui est assign√©e est d’aider les autres moines copistes √† recopier les anciens canons et r√®gles de l’√©glise. Il¬† remarque que ces moines effectuent leur travail √† partir de copies et non des manuscrits originaux.
Il va voir le P√®re abb√©, lui faisant remarquer que si quelqu’un a¬† fait une petite erreur dans la premi√®re copie, elle va se propager dans toutes les copies ult√©rieures.

Le Père abbé lui répond :

“Cela fait des si√®cles que nous proc√©dons ainsi, que nous copions √† partir de la copie pr√©c√©dente, mais ta remarque est tr√®s¬† pertinente, mon fils. Aussi irai-je v√©rifier moi-m√™me les originaux d√®s demain. “

Le lendemain matin, le P√®re abb√© descend dans les profondeurs du sous-sol du monast√®re, dans une cave vo√Ľt√©e o√Ļ sont pr√©cieusement conserv√©s les manuscrits et parchemins originaux. Cela fait des si√®cles que personne n’y a mis les pieds et que les scell√©s des coffres sont intacts.

Il y passe la journée tout entière, puis la soirée, puis la nuit, sans donner signe de vie.

Les heures passent et l’inqui√©tude grandit.. √Ä tel point que le jeune novice se d√©cide √† aller voir ce qui se passe.
Il descend et trouve le P√®re abb√© compl√®tement hagard, les v√™tements d√©chir√©s, le front ensanglant√©, se cognant sans rel√Ęche la t√™te contre le mur de pierres v√©n√©rables.

Le jeune moine se précipite et demande :
- Père abbé, que se passe-t-il donc ?!
- AAAAAAAAAAHHHHH ! ! !  Quels CONS ! Mais quels CONS ! ! ! !
C’√©tait vŇďux de “charit√©”, pas de “chastet√©”.

Mots-clés : ,

 
-

Sacrees mamans…

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues

Ah les mères !
David a invit√© sa m√®re √† d√ģner.
Pendant le repas, celle-ci ne peut s’emp√™cher de remarquer que Julie, la colocataire de son fils, est sacr√©ment mignonne.

Pendant la soir√©e, alors qu’elle observe la fa√ßon dont David et Julie se comportent l’un envers l’autre, elle se demande s’il n’y a pas entre eux un peu plus que le simple partage d’un loyer.

David, devinant les pensées de sa mère, lui dit :
- ” Maman, je sais ce que tu es en train de penser , mais je t’assure que Julie et moi ne faisons que ¬†partager un appartement, c’est tout. ”

Environ une semaine plus tard, Julie dit à David :
- ” Dis-donc, depuis que ta m√®re est venue d√ģner, je ne trouve plus la louche en argent. Crois-tu possible qu’elle l’ai prise ? ”
- ” Quand m√™me, √ßa m’√©tonnerait que Maman soit devenue pickpocket !
Mais bon, je vais lui √©crire un mail pour en avoir le coeur net. ”

Il s’assied devant son ordi et √©crit :
- ” Ma ch√®re Maman, je ne dis pas que tu as embarqu√© notre louche en argent, et je ne dis pas non plus que tu n’as pas pris la louche, mais il n’en reste pas moins vrai que cette louche a disparu depuis que tu es venue d√ģner. Bisous, David. ”

Et le lendemain, David reçoit la réponse de sa mère :
- ” Mon cher David, je ne dis pas que tu couches avec Julie, et je ne dis pas non plus que tu ne couches pas avec Julie. Mais il n’en reste pas moins vrai que si Julie dormait dans son lit, elle aurait trouv√© la louche depuis longtemps. Bisous, Maman

 
-

Petites blagues entre amis

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues

Une femme se r√©veille pendant la nuit et constate que son Mari n’est pas au lit.
Elle enfile son peignoir et descend voir o√Ļ il est.
Elle le trouve dans la cuisine, assis devant une tasse de café.
Il para√ģt boulevers√© et fixe le mur.
Elle le voit essuyer une larme comme il avale une gorgée de café.
Qu’estce qui ne va pas ch√©ri ? ‘
Le mari lève les yeux de son café, il lui demande solennellement :
‘Tu te souviens il y a 20 ans, quand on s’√©tait donn√© rendezvous,
Tu n’avais alors que 16 ans ? ‘
Oui je m’en souviens ‘ r√©pondelle.
Le mari fait une pause, les mots lui viennent difficilement ‘Te souviens-tu que ton p√®re nous a surpris en train de faire l’amour √†
l’arri√®re de la voiture ? ‘
Oui je m’en souviens’ dit la femme en s’asseyant √† ses¬† c√īt√©s..
Le mari continue ‘ Te souvienstu, quand il a point√© son Flingue sur ma tempe et qu’il a dit : ¬ę Ou tu √©pouses ma¬† fille, ou je t’envoie en t√īle pour 20 ans ¬Ľ ‘
‘Je m’en souviens aussi ‘ r√©pondelle¬† Doucement.
Il essuie une autre larme et dit :
‘J’aurais √©t√© lib√©r√© aujourd’hui !!! ‘

Une femme entre dans une pharmacie et demande de l’arsenic….
¬ę Que comptez vous en faire ? ¬Ľ Lui demande le pharmacien ¬ęC’est pour tuer mon mari… ¬Ľ
¬ę Quoi ? Vous plaisantez !¬† Je ne peux pas vous vendre de quoi commettre un meurtre !
La femme ouvre alors son sac √† main, et en sort une photo¬† de son mari en train de coucher avec la femme du pharmacien…
¬ę Ah, √©videment, lui dit ce dernier, si vous avez une ordonnance, c’est diff√©rent…

D√©tour par la banque…
Un homme entre dans une banque et dit à la guichetière:
Je voudrais ouvrir un putain de compte dans ta banque de Merde ! ‘
Pardon ? ‘ dit la dame choqu√©e… ‘
T’es bouch√©e ou quoi! J’voudrais ouvrir un putain de compte Dans cette banque de merde !!! ‘
Mais enfin Monsieur, restez correct !… ‘
Kess ta, tu veux mon poing sur ta gueule ou quoi ? ‘
√Čcoutez Monsieur, je vais appeler le directeur… ‘
C’est √ßa pouffiasse, appelle ton connard de directeur….’
Le directeur arrive :¬†¬† ‘ Monsieur, il y a un probl√®me? ‘
J’en sais rien, j’veux juste ouvrir un putain de compte¬† Dans cette banque de merde parce que j’ai gagn√© 100 millions au loto…
Et le directeur r√©pond : ¬ę Et cette grosse connasse vous fait chier ?¬Ľ

Un jardinier d’un grand h√ītel d√©couvre que ses rosiers font plus de dix m√®tres de haut.
Il d√©couvre √©galement des tomates de 10 centim√®tres de¬† diam√®tre, des melons de dix kilos…
Il appelle le directeur et lui dit :
Moi, je veux bien que l’h√ītel h√©berge le Tour de France, mais dites aux coureurs d’arr√™ter de pisser dans le jardin

¬ę dis Papa, c’est quoi la diff√©rence entre la richesse¬† et la pauvret√© ?¬Ľ
La richesse, c’est le caviar, le Champagne et les femmes.
La pauvret√©, c’est les sardines, la bi√®re et ta m√®re.

 
-

Le courage ou le culot ?

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues, Insolite

Le courage  ou  culot   ???

Le¬†courage, c’est rentrer saoul au milieu de la nuit, ¬†voir sa femme qui attend avec un¬†balai en main et lui demander :”t’es encore en train de nettoyer ou tu ¬†t’envoles quelque part ?”

Le¬†culot, c’est rentrer saoul au milieu de la nuit, ¬†entour√© d’un nuage de parfum, du rouge √† l√®vres sur les v√™tements, voir sa femme qui attend avec un balai en main, ¬†lui taper sur les fesses et lui dire : “t’√©nerve pas,c’est ton tour

Mots-clés : ,

 
-

Le juge et la vieille dame

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues
Le juge¬†: Quel est votre √Ęge?
La vieille¬†: J’ai 86 ans.
Le juge¬†: √Ä la date du 1er avril de l’ann√©e derni√®re, Racontez-nous, avec vos propres mots, ce qui vous est arriv√©.
La vieille¬†: J’√©tais assise sur la balancelle de mon balcon, C’√©tait en fin d’apr√®s-midi, il faisait bon et doux. Un jeune
homme est venu s’asseoir √† c√īt√© de moi.
Le juge : Vous le connaissiez ???
La vieille : Non, mais il était très amical.
Le juge¬†: Que s’est il pass√© ensuite ?
La vieille : Après une petite conversation délicieuse, il a commencé à me caresser la cuisse.
Le juge¬†: Vous l’en avez emp√™ch√©?
La vieille : Non !!
Le juge : Pourquoi?
La vieille¬†: C’√©tait agr√©able. Plus personne ne m’avait jamais fait √ßa depuis que mon Albert est mort, il y a 30 ans.
Le juge¬†: Que s’est-il pass√© ensuite?
La vieille : Je suppose que, comme je ne lui ai rien dit, il a continué et a commencé à me caresser les seins.
Le juge¬†: Vous l’en avez emp√™ch√© alors?
La vieille¬†: Bien s√Ľr que non.
Le juge : Pourquoi?
La vieille¬†: Parce que, votre honneur, il m’a fait me sentir vivante et excit√©e. Je ne m’√©tais pas sentie… aussi mouill√©e et pleine de d√©sir depuis des ann√©es!
Le juge¬†: Que s’est-il pass√© ensuite?
La vieille¬†: Et bien, Monsieur le juge, que pouvait v√©ritablement faire une femme chaude comme la braise, √† la tomb√©e de la nuit, devant un jeune homme avide d’amour ?
Nous √©tions seuls. . . √©cartant mes jambes en douceur, je lui ai dis: ‘Prends-moi maintenant !!’
Le juge : Et il vous a prise?

La vieille¬†:¬†¬†¬†Non.. Il a cri√© ‘ Poisson d’avriiiiiiiiiiLLLL !!!!! Et c’est √† ce moment l√† que je lui ai tir√© dessus √† cet encul√©!!!!

Mots-clés : ,

 
-

Et Dieu cr√©a Sarkozy…

Posté par ploumz le mar 18, 2009 dans Blagues

Lorsque Dieu cr√©a le monde, il d√©cida de conc√©der deux vertus aux hommes de chaque peuple afin qu’ils prosp√®rent.
Par exemple il rendit :
- Les suisses précis et pacifistes
- Les Anglais flegmatiques et ironiques
- Les japonais travailleurs et réalistes
- Les italiens joyeux et humanistes

Quand aux français, il dit : Les français seront intelligents, honnêtes et sarkozistes.

Lorsque le monde fut achev√©, l’ange qui avait √©t√© charg√© de la distribution des vertus demanda √† Dieu :
“Seigneur, tu as dit que tu octroyais deux vertus √† chaque peuple, mais les fran√ßais en ont trois‚Ķ
Est-ce pour cela qu’ils se placent au dessus des autres ?”

“En v√©rit√©, je te le dis, chaque peuple a deux vertus, y compris les fran√ßais, car chacun d’entre eux ne pourra en poss√©der que deux √† la fois.
“Ce qui veut dire que :
- si un français est sarkoziste et honnête, il ne sera pas intelligent
- s’il est sarkoziste et intelligent, il ne sera pas honn√™te
- s’il est intelligent et honn√™te, il ne peut pas √™tre sarkoziste.

Mots-clés : ,

 
-

Des problèmes difficiles a résoudre

Posté par ploumz le mar 13, 2009 dans Blagues

Un ing√©nieur se retrouve assis √† c√īt√© d’une petite fille.
lors d’un vol intercontinental. L’ing√©nieur dit √† la petite fille :
“Si on parlait un peu ensemble il para√ģt que les voyages se passent
beaucoup plus vite si on parle avec quelqu’un.”

La petite fille le regarde et dit : “D’accord, de quoi voulez-vous que l’on parle ?”
L’homme dit : “Si on parlait de physique nucl√©aire ?”

La petite fille lui r√©pond : “Voyez-vous, un chevreuil, une vache, un cheval mangent tous la m√™me chose, de l’herbe ‚Ķpourtant le chevreuil fait des petites crottes, la vache fait des bouses plates et le cheval de gros boulets verts, comment expliquez-vous cela ?”

L’ing√©nieur r√©fl√©chit et r√©pond : “Ma foi je ne saurais l’expliquer.”
Alors la petite fille lui dit : “Comment voulez-vous parler de physique nucl√©aire alors que vous ne ma√ģtrisez m√™me pas un probl√®me de merde… “

Mots-clés : ,

Copyright © 2017 Ploumz All rights reserved. Theme by Laptop Geek.