-

Jean Sarkosy re√ßoit le diplome de ‘Fils a Papa’

Posté par ploumz le avr 23, 2009 dans Buzz, Insolite

Le collectif ‘Sauvons les riches’ lui remet un dipl√īme de “fils √† papa”: “Jean Sarkozy riait jaune”

Ce mercredi midi, des militants du collectif “Sauvons les riches” ont fait irruption dans le tr√®s hupp√© Rotary Club, √† Paris (XVIe), o√Ļ √©tait re√ßu Jean Sarkozy, pour l’interpeller sur les in√©galit√©s sociales et lui remettre un dipl√īme de “fils √† papa”.

Sur Le Post, un des membres du collectif, Manuel Domergue, raconte comment cela s’est d√©roul√© et explique que les participants ont chant√© “Cassez-vous, bande de cons”, pour les “pousser dehors”.
Comment avez-vous fait pour rentrer dans le Rotary Club?
“Nous avions remarqu√© qu’il y avait des repas-conf√©rence tous les mercredi √† cet endroit. Quand nous avons appris que Jean Sarkozy √©tait re√ßu ce mercredi, nous nous sommes dit que c’√©tait la cible id√©ale. C’est l’incarnation m√™me du ‘fils √† papa’ et il symbolise ‘le fils du clan des riches’.”
“Comme nous √©tions une quarantaine de personnes (une vingtaine de militants du collectif, accompagn√©s par une vingtaine de journalistes), nous √©tions un peu voyants… Mais nous sommes rentr√©s rapidement et le seul vigile qui √©tait pr√©sent n’a pas eu le temps de r√©agir…”
Quelle a été la réaction de Jean Sarkozy et des membres du Rotary Club quand vous êtes rentrés?
“Jean Sarkozy √©tait √† table avec quelques personnes √Ęg√©es du Rotary Club dans une ambiance un peu coinc√©e… D√®s qu’il nous a vus, il a souri et a essay√© de prendre cela √† la rigolade car il sait ce qu’il faut faire devant les cam√©ras. Mais il riait jaune…”
“Nous lui avons demand√© ce qu’il pensait de notre revendication principale (plafonner √† 44.000 ‚ā¨ les revenus mensuels) et il nous a r√©pondu de mani√®re assez √©tonnante…”
Que vous a dit Jean Sarkozy?
“Il nous a dit: ‘Sur le fond, il y a des riches et des pauvres et il ne faut pas opposer les gens les uns aux autres’. Avant d’ajouter: ‘S’il y a des riches, c’est parce qu’ils ont beaucoup travaill√©’. Nous avons trouv√© cette r√©ponse un peu curieuse car √† l’inverse, cela voudrait-il dire que les pauvres n’ont pas beaucoup travaill√©? En plus, venant d’un h√©ritier comme lui, qui n’a encore jamais travaill√©, nous avons trouv√© son explication un peu gonfl√©e…”
“Apr√®s, nous lui avons offert un document intitul√© “dipl√īme de ‘fils √† papa’, d√©livr√© par ‘l’universit√© de Neuilly’, avec ‘mention Balkany’, qu’il a accept√©. Apr√®s, nous voulions lui donner un ‘pack de retour sur Terre’, avec des produits de base (comme un ticket de m√©tro ou une baguette de pain) mais nous avons √©t√© mis dehors…”
Vous a été mis dehors?
“Oui, au bout d’un quart d’heure, des gens de la s√©curit√© et des membres du Rotary club nous mettaient des coups dans le dos et nous poussaient pour nous mettre dehors. Certains se sont m√™me mis √† chanter: ‘Cassez-vous, bande de cons!’ Je pensais ces gens un peu plus distingu√©s…”
“La m√®re de Jean Sarkozy [Marie-Dominique Culioli, ndlr] √©tait √©galement pr√©sente. Elle √©tait outr√©e qu’on s’en prenne √† son fils. C’est quand m√™me cocasse: on lui d√©cerne un prix de ‘fils √† papa’ et Jean Sarkozy se fait d√©fendre par… sa m√®re!”

Mots-clés : , ,

 
-

La copie de la copie

Posté par ploumz le avr 21, 2009 dans Blagues, Web

Un jeune novice arrive au monastère.

La t√Ęche qui lui est assign√©e est d’aider les autres moines copistes √† recopier les anciens canons et r√®gles de l’√©glise. Il¬† remarque que ces moines effectuent leur travail √† partir de copies et non des manuscrits originaux.
Il va voir le P√®re abb√©, lui faisant remarquer que si quelqu’un a¬† fait une petite erreur dans la premi√®re copie, elle va se propager dans toutes les copies ult√©rieures.

Le Père abbé lui répond :

“Cela fait des si√®cles que nous proc√©dons ainsi, que nous copions √† partir de la copie pr√©c√©dente, mais ta remarque est tr√®s¬† pertinente, mon fils. Aussi irai-je v√©rifier moi-m√™me les originaux d√®s demain. “

Le lendemain matin, le P√®re abb√© descend dans les profondeurs du sous-sol du monast√®re, dans une cave vo√Ľt√©e o√Ļ sont pr√©cieusement conserv√©s les manuscrits et parchemins originaux. Cela fait des si√®cles que personne n’y a mis les pieds et que les scell√©s des coffres sont intacts.

Il y passe la journée tout entière, puis la soirée, puis la nuit, sans donner signe de vie.

Les heures passent et l’inqui√©tude grandit.. √Ä tel point que le jeune novice se d√©cide √† aller voir ce qui se passe.
Il descend et trouve le P√®re abb√© compl√®tement hagard, les v√™tements d√©chir√©s, le front ensanglant√©, se cognant sans rel√Ęche la t√™te contre le mur de pierres v√©n√©rables.

Le jeune moine se précipite et demande :
- Père abbé, que se passe-t-il donc ?!
- AAAAAAAAAAHHHHH ! ! !  Quels CONS ! Mais quels CONS ! ! ! !
C’√©tait vŇďux de “charit√©”, pas de “chastet√©”.

Mots-clés : ,

 
-

Droit dans le mur

Posté par ploumz le avr 20, 2009 dans Insolite

El Youm, Shabbat.
Je ne la trouve pas irr√©v√©rencieuse du tout, mais d’un r√©alisme … vertical !

Une jeune journaliste de CNN avait entendu parler d’un tr√®s tr√®s vieux juif qui se rendait deux fois par jour prier au mur des Lamentations, depuis toujours.

Pensant tenir un sujet, elle se rend sur place et voit un très vieil homme marchant lentement vers le mur.

Apr√®s trois-quarts d’heure de pri√®re et alors qu’il s’√©loigne lentement, appuy√© sur sa canne, elle s’approche pour l’interviewer.

“Excusez-moi, monsieur, je suis Rebecca Smith de CNN. Quel est votre nom ? “
“Morris Fishbien” r√©pond-t-il.

“Depuis combien de temps venez-vous prier ici ?”
“Plus de 60 ans”
répond-il.

“60 ans ! C’est incroyable ! Et pour quoi priez-vous ?”
“Je prie pour la paix entre les Chr√©tiens, les Juifs et les Musulmans. Je prie pour la fin de toutes les guerres et de la haine. Je prie pour que nos enfants grandissent en s√©curit√© et deviennent des adultes responsables, qui aiment leur prochain.”


“Et que ressentez-vous apr√®s 60 ans de pri√®res ?”
“J’ai l’impression de parler √† un mur.”

Mots-clés : ,

 
-

Il faut sauver le soldat Ryan

Posté par ploumz le avr 14, 2009 dans Insolite

Comment √ßa encore… Ben oui, mais bon, il y a certain cas ou l’emploi de toutes les forces disponibles et plus que n√©cessaire…

Mots-clés : ,

 
-

Sacrees mamans…

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues

Ah les mères !
David a invit√© sa m√®re √† d√ģner.
Pendant le repas, celle-ci ne peut s’emp√™cher de remarquer que Julie, la colocataire de son fils, est sacr√©ment mignonne.

Pendant la soir√©e, alors qu’elle observe la fa√ßon dont David et Julie se comportent l’un envers l’autre, elle se demande s’il n’y a pas entre eux un peu plus que le simple partage d’un loyer.

David, devinant les pensées de sa mère, lui dit :
- ” Maman, je sais ce que tu es en train de penser , mais je t’assure que Julie et moi ne faisons que ¬†partager un appartement, c’est tout. ”

Environ une semaine plus tard, Julie dit à David :
- ” Dis-donc, depuis que ta m√®re est venue d√ģner, je ne trouve plus la louche en argent. Crois-tu possible qu’elle l’ai prise ? ”
- ” Quand m√™me, √ßa m’√©tonnerait que Maman soit devenue pickpocket !
Mais bon, je vais lui √©crire un mail pour en avoir le coeur net. ”

Il s’assied devant son ordi et √©crit :
- ” Ma ch√®re Maman, je ne dis pas que tu as embarqu√© notre louche en argent, et je ne dis pas non plus que tu n’as pas pris la louche, mais il n’en reste pas moins vrai que cette louche a disparu depuis que tu es venue d√ģner. Bisous, David. ”

Et le lendemain, David reçoit la réponse de sa mère :
- ” Mon cher David, je ne dis pas que tu couches avec Julie, et je ne dis pas non plus que tu ne couches pas avec Julie. Mais il n’en reste pas moins vrai que si Julie dormait dans son lit, elle aurait trouv√© la louche depuis longtemps. Bisous, Maman

 
-

Petites blagues entre amis

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues

Une femme se r√©veille pendant la nuit et constate que son Mari n’est pas au lit.
Elle enfile son peignoir et descend voir o√Ļ il est.
Elle le trouve dans la cuisine, assis devant une tasse de café.
Il para√ģt boulevers√© et fixe le mur.
Elle le voit essuyer une larme comme il avale une gorgée de café.
Qu’estce qui ne va pas ch√©ri ? ‘
Le mari lève les yeux de son café, il lui demande solennellement :
‘Tu te souviens il y a 20 ans, quand on s’√©tait donn√© rendezvous,
Tu n’avais alors que 16 ans ? ‘
Oui je m’en souviens ‘ r√©pondelle.
Le mari fait une pause, les mots lui viennent difficilement ‘Te souviens-tu que ton p√®re nous a surpris en train de faire l’amour √†
l’arri√®re de la voiture ? ‘
Oui je m’en souviens’ dit la femme en s’asseyant √† ses¬† c√īt√©s..
Le mari continue ‘ Te souvienstu, quand il a point√© son Flingue sur ma tempe et qu’il a dit : ¬ę Ou tu √©pouses ma¬† fille, ou je t’envoie en t√īle pour 20 ans ¬Ľ ‘
‘Je m’en souviens aussi ‘ r√©pondelle¬† Doucement.
Il essuie une autre larme et dit :
‘J’aurais √©t√© lib√©r√© aujourd’hui !!! ‘

Une femme entre dans une pharmacie et demande de l’arsenic….
¬ę Que comptez vous en faire ? ¬Ľ Lui demande le pharmacien ¬ęC’est pour tuer mon mari… ¬Ľ
¬ę Quoi ? Vous plaisantez !¬† Je ne peux pas vous vendre de quoi commettre un meurtre !
La femme ouvre alors son sac √† main, et en sort une photo¬† de son mari en train de coucher avec la femme du pharmacien…
¬ę Ah, √©videment, lui dit ce dernier, si vous avez une ordonnance, c’est diff√©rent…

D√©tour par la banque…
Un homme entre dans une banque et dit à la guichetière:
Je voudrais ouvrir un putain de compte dans ta banque de Merde ! ‘
Pardon ? ‘ dit la dame choqu√©e… ‘
T’es bouch√©e ou quoi! J’voudrais ouvrir un putain de compte Dans cette banque de merde !!! ‘
Mais enfin Monsieur, restez correct !… ‘
Kess ta, tu veux mon poing sur ta gueule ou quoi ? ‘
√Čcoutez Monsieur, je vais appeler le directeur… ‘
C’est √ßa pouffiasse, appelle ton connard de directeur….’
Le directeur arrive :¬†¬† ‘ Monsieur, il y a un probl√®me? ‘
J’en sais rien, j’veux juste ouvrir un putain de compte¬† Dans cette banque de merde parce que j’ai gagn√© 100 millions au loto…
Et le directeur r√©pond : ¬ę Et cette grosse connasse vous fait chier ?¬Ľ

Un jardinier d’un grand h√ītel d√©couvre que ses rosiers font plus de dix m√®tres de haut.
Il d√©couvre √©galement des tomates de 10 centim√®tres de¬† diam√®tre, des melons de dix kilos…
Il appelle le directeur et lui dit :
Moi, je veux bien que l’h√ītel h√©berge le Tour de France, mais dites aux coureurs d’arr√™ter de pisser dans le jardin

¬ę dis Papa, c’est quoi la diff√©rence entre la richesse¬† et la pauvret√© ?¬Ľ
La richesse, c’est le caviar, le Champagne et les femmes.
La pauvret√©, c’est les sardines, la bi√®re et ta m√®re.

 
-

Le courage ou le culot ?

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues, Insolite

Le courage  ou  culot   ???

Le¬†courage, c’est rentrer saoul au milieu de la nuit, ¬†voir sa femme qui attend avec un¬†balai en main et lui demander :”t’es encore en train de nettoyer ou tu ¬†t’envoles quelque part ?”

Le¬†culot, c’est rentrer saoul au milieu de la nuit, ¬†entour√© d’un nuage de parfum, du rouge √† l√®vres sur les v√™tements, voir sa femme qui attend avec un balai en main, ¬†lui taper sur les fesses et lui dire : “t’√©nerve pas,c’est ton tour

Mots-clés : ,

 
-

Le juge et la vieille dame

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Blagues
Le juge¬†: Quel est votre √Ęge?
La vieille¬†: J’ai 86 ans.
Le juge¬†: √Ä la date du 1er avril de l’ann√©e derni√®re, Racontez-nous, avec vos propres mots, ce qui vous est arriv√©.
La vieille¬†: J’√©tais assise sur la balancelle de mon balcon, C’√©tait en fin d’apr√®s-midi, il faisait bon et doux. Un jeune
homme est venu s’asseoir √† c√īt√© de moi.
Le juge : Vous le connaissiez ???
La vieille : Non, mais il était très amical.
Le juge¬†: Que s’est il pass√© ensuite ?
La vieille : Après une petite conversation délicieuse, il a commencé à me caresser la cuisse.
Le juge¬†: Vous l’en avez emp√™ch√©?
La vieille : Non !!
Le juge : Pourquoi?
La vieille¬†: C’√©tait agr√©able. Plus personne ne m’avait jamais fait √ßa depuis que mon Albert est mort, il y a 30 ans.
Le juge¬†: Que s’est-il pass√© ensuite?
La vieille : Je suppose que, comme je ne lui ai rien dit, il a continué et a commencé à me caresser les seins.
Le juge¬†: Vous l’en avez emp√™ch√© alors?
La vieille¬†: Bien s√Ľr que non.
Le juge : Pourquoi?
La vieille¬†: Parce que, votre honneur, il m’a fait me sentir vivante et excit√©e. Je ne m’√©tais pas sentie… aussi mouill√©e et pleine de d√©sir depuis des ann√©es!
Le juge¬†: Que s’est-il pass√© ensuite?
La vieille¬†: Et bien, Monsieur le juge, que pouvait v√©ritablement faire une femme chaude comme la braise, √† la tomb√©e de la nuit, devant un jeune homme avide d’amour ?
Nous √©tions seuls. . . √©cartant mes jambes en douceur, je lui ai dis: ‘Prends-moi maintenant !!’
Le juge : Et il vous a prise?

La vieille¬†:¬†¬†¬†Non.. Il a cri√© ‘ Poisson d’avriiiiiiiiiiLLLL !!!!! Et c’est √† ce moment l√† que je lui ai tir√© dessus √† cet encul√©!!!!

Mots-clés : ,

 
-

Une le√ßon de vie par monsieur l’√Ęne

Posté par ploumz le avr 6, 2009 dans Insolite
Un jour, l’√Ęne d’un fermier est tomb√© dans un puits.
L’animal g√©missait pitoyablement pendant des heures, et le fermier se demandait quoi faire. Finalement, il
a d√©cid√© que l’animal √©tait vieux et le puits devait dispara√ģtre de toute fa√ßon, ce n’√©tait pas rentable
pour lui de r√©cup√©rer l’√Ęne.
Il a invit√© tous ses voisins √† venir et √† l’aider. Ils ont tous saisi une pelle et ont commenc√© √†
enterrer le puits.Au d√©but, l’√Ęne a r√©alis√© ce qui se produisait et se mit √† crier terriblement.
Puis, √† la stup√©faction de chacun, il s’est tu.Quelques pellet√©es plus tard, le fermier a finalement
regard√© dans le fond du puits et a √©t√© √©tonn√© de ce qu’il a vu.Avec chaque pellet√©e de terre qui tombait sur lui, l’√Ęne faisait quelque chose de stup√©fiant. Il se secouait pour enlever la terre de son dos et montait
dessus.Pendant que les voisins du fermier continuaient √† pelleter sur l’animal, il se secouait et montait
dessus.Bient√īt, chacun a √©t√© stup√©fi√© que l’√Ęne soit hors du puits et se mit √† trotter!’

La vie va essayer de¬† t’engloutir de toutes sortes¬† d’ordures. Le truc pour se sortir du trou est de se¬† secouer pour avancer.¬† Chacun de tes ennuis est une pierre qui permet de¬† progresser. Nous pouvons sortir des puits les plus¬† profonds en n’arr√™tant jamais.. Il ne faut jamais¬† abandonner!

Secoue-toi et fonce!
Rappelle-toi, les cinq  règles simples !  À  ne jamais oublier, surtout  dans les moments les  plus sombres.

Pour être heureux / heureuse :

1. Libère ton coeur de la haine.
2. Libère ton esprit des inquiétudes.
3. Vis simplement.
4. Donne plus.
5. Attends moins.

Copyright © 2017 Ploumz All rights reserved. Theme by Laptop Geek.